Si vous aimez, partager
boite 1
Articles

Historique

Présentation

Communication

Projet Cameroun 1998-2002

Projet Sénégal

Projet Village 2009-2010

Projet CONGO 2012

Projet Madagascar 2016

boite 2
Articles Divers

Fermer Manifestations

Fermer Portraits

Lycée Pouma 2007
Diaporama Photos

Actions

Projets

nos Vidéos

fermer Reportages

DON à l'Asso
echo du tamtam
Soutenez nos actions
en Afrique
merci

reçu fiscal
EN PARTENARIAT

Projet Cameroun 1998-2002 - Hôpital de Pouma

Hôpital de Pouma

Notre action se situe au Cameroun et plus précisément à POUMA, dans un hôpital de forêt, entre DOUALA et YAOUNDE. Le premier magasin est à 120 Kms, la première ligne téléphonique est à 60 kms. La population que nous rencontrons est donc essentiellement issue de petits villages des alentours, et de la ville de POUMA dans laquelle se trouve un lycée de 900 élèves.




Hôpital de Pouma
Hôpital de Pouma

L'activité de l'hôpital est importante : chaque année sont pratiquées 4000 consultations, plus de 2000 hospitalisations avec environ 250 interventions majeures, plus de 1500 examens de laboratoire et près de 600 consultations ophtalmologiques.





Cet hôpital est soutenu par une association française : "Le Tam-Tam de KNOL EKONG" depuis plus de vingt ans. Grâce à un effort constant, inscrit dans la durée, l'hôpital a réussi à maintenir et à poursuivre sa mission : apporter les meilleurs soins même aux plus démunis. Aujourd'hui, toute la médecine est camerounaise, ainsi que l'équipe technique qui lui est associée.


Le Tam-Tam de KNOL EKONG était donc demandeur d'une aide technique et financière pour aboutir à un fonctionnement électrique optimum adapté aux normes en vigueur au CAMEROUN. Cette association était à l'origine des démarches sollicitant la compétence du lycée technique EPID.


L'association "Echo du Tam-Tam" que nous avons créée à l'E.P.I.D a permis d'assurer et de coordonner le développement technique de cet hôpital. Notre association a mené dans un premier temps la réhabilitation électrique de cet hôpital, il s'agissait essentiellement de réaliser les points suivants :



• Faire l'étude de la nouvelle distribution électrique;
• Constituer un dossier technique;
• Fiabiliser l'installation électrique assurant l'alimentation en eau de l'hôpital;
• Remplacer le groupe électrogène;
• Câbler les coffrets électriques avec les étudiants en BTS électrotechnique de l'EPID;
• Envoyer un contenaire contenant l'ensemble du matériel;
• réaliser l'installation sur place avec une petite équipe d'étudiants durant les vacances d'été 98;
• créer sur place un service de maintenance technique et assurer la formation des personnes;
• Rechercher des financements.


Ce projet s'est réalisé, les différents objectifs énoncés ont bien été atteints, même s'il a fallu envoyer une seconde équipe durant l'été 99. Ce deuxième déplacement avait pour objet d'inspecter la nouvelle installation après un an de fonctionnement, de corriger un certain nombre de choses, et surtout de poursuivre la formation de l'équipe technique.






 
Ancien groupe de secours
 
Nouveau groupe de secours

Nous avons participé dans un second temps à la création d'un atelier de lunetterie. Il y avait à l'époque une demande très importante de lunettes : en période de pointe, 300 personnes environ attendaient des lunettes, et dans la brousse, une paire de lunettes neuves peut coûter un à trois mois de salaire. Les patients se déplaçaient jusqu'aux villes les plus proches (120 Kms) pour bénéficier d'une correction optique.


Comme précédemment, ce second projet a été piloté sous la responsabilité de l'association du Tam-Tam de KNOL EKONG. Notre intervention était une fois de plus inscrite dans le domaine technique, et aussi dans la recherche de financements.

Le projet que nous avons réalisé comprenait trois étapes essentielles :

• Concevoir, réaliser et équiper un atelier de lunetterie à l'hôpital de POUMA;
• Permettre la formation d'un infirmier ophtalmologiste, et d'un opticien;
• Assurer une complète autonomie dans la fabrication de lunettes à l'hôpital.


Pour mener ce projet, nous avons donc réalisé les points suivants :


• Collectes de lunettes;
• Récupération des appareils de mesures optiques;
• Remise en état du matériel de récupération;
• Conception de l'atelier de lunetterie;
• Achat de petit équipement et d'outillage;
• Accueil et hébergement de l'infirmier ophtalmologiste à l'EPID;
• Envoi du matériel à l'hôpital;
• Pendant les vacances de toussaint 2000, déplacement d'une équipe pour la mise en place et le réglage des machines d'usinage.




Nous sommes intervenus une seconde fois en novembre 2001. En effet, le taux d'humidité particulièrement élevé dans la forêt équatoriale a provoqué un certain nombre de dysfonctionnements : moteur hors-service, fonctionnement aléatoire des machines à usiner ; il a donc fallu remettre en état de fonctionnement les deux machines d'usinage. Nous avons résolu le problème d'humidité en climatisant et en isolant l'atelier. Cette modification a permis d'obtenir un taux d'humidité de l'ordre de 55 % ce qui est très correct.


Aujourd'hui cet atelier fonctionne, l'opticien Camerounais de l'hôpital, mesure, centre et usine les verres de lunettes, puis les monte sans difficulté. Nous retournerons en novembre 2002 pour observer l'évolution et l'organisation de la production.






Nous avons participé à un troisième projet : le forage. Le financement était en totalité du Rotary National et International. Nous sommes intervenus comme coordinateurs techniques. Notre tâche consistait à assurer une communication correcte entre les différents acteurs, d'aider à la prise de décision, de suivre l'avancement et la coordination des interventions.


Depuis janvier 2001, le forage produit une eau abondante et claire (8 mètres cube par heure) qui est très peu polluée sur le plan bactériologique. Toutefois, ce n'est plus le cas lorsque l'eau arrive au niveau de l'hôpital. En effet, le passage de cette eau dans 2,5 kms de canalisation provoque une prolifération bactériologique importante, ce qui la rend non potable. Un dispositif de traitement de l'eau a donc été mis en place cet été par notre équipe. La solution retenue consiste à injecter du chlore au niveau du château d'eau à l'aide d'une pompe d'injection. Le taux de chlore est régulièrement contrôlé en utilisant un procédé de mesure très simple. Les premiers tests effectués cet été sont satisfaisants. Nous repartons en novembre 2002 pour finaliser le projet : l'optimisation des réglages, la formation des personnes, les essais d'adaptation de cette solution pour la stérilisation des puits des villages environnants.



 
Forage
Forage
 
 
Pompe d'injection de chlore
Pompe d'injection de chlore
 
 
 

 


Date de création : 05/09/2011 @ 11:24
Dernière modification : 08/10/2012 @ 09:46
Catégorie : Projet Cameroun 1998-2002
Page lue 2144 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article


Réaction n°1 

par mabyevan le 21/01/2018 @ 20:07

Je suis étonnée que depuis x années aucun commentaire n'a été fait sur votre site, et je dirai -et pour cause ! -

Merci pour votre partenariat, vos investigations votre dévouement.

Le premier appel de M. André Devianne en faveur de Nkol Ekong date avant  1980. Si vous le voulez je peux vous en fournir en partie l'historique

Bien à vous
Marie Thèrése (secrétaire du Tam Tam de 1980 à 1998)
 
TAGs CLOUDs
 
image du jour

Image du jour
Cliquez pour AGRANDIR

derniers billets
30/11/2012 @ 11:52
Retour du Congo ...

15/05/2012 @ 18:07
Ajournement de notre départ... ...

29/09/2011 @ 15:42
La Fée électricité en 2011... ...

29/09/2011 @ 15:41
CROSS EPID 2010 ...

29/09/2011 @ 15:40
A.G. 30/09/2010 ...


Recherche



Download

Les 5 derniers Ajouts
Les 5 plus Téléchargés
ACTION SOLIDAIRE
Connexion...
 Liste des membres Membres : 2

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne :
  Anonyme en ligne : 1

Total visites Total visites: 137809  

Record connectés :
Record connectés :Cumulé : 120

Le 05/04/2016 @ 15:56


Webmaster - Infos
Haut - Up
Bas - Down